Une heure chez l’opticien

18 août 2013 at 11:24 13 commentaires

Une heure chez l'opticien

Je croyais avoir tout vu et tout vécu en plus de 4 ans de Cambodge. Faux. Je n’étais jamais allé acheter des lentilles chez un opticien de Phnom Penh. Mains dégueulasses, vendeuses inutiles qui jouent à Candy Crush et client qui se tape la tête contre les murs ; bienvenu chez l’opticien, une expérience bouleversante.

Il y a un mois de cela, je commençais à être à court de lentilles. En ouvrant la dernière boîte, j’ai compris qu’il fallait se rendre à l’évidence : il n’y a plus de lentilles. Je suis donc allé chez les opticiens de la Phnom Penh. Et ils m’ont tous dit : “Vous devez aller en Thaïlande”. C’est alors que ce petit opticien de quartier sans prétentions m’a dit : “Vous pouvez commander ici, pas besoin de se faire mesurer les yeux”. Une sorte de Moïse de l’optique.

« Allo ? Oui, lentilles ok ». C’est à peu prêt dans ces termes que j’ai compris que mes lentilles étaient prêtes, après un mois d’attente. J’ai faillit pleurer, mais je n’ai pas pu, c’est normal, j’ai les yeux secs (à force de voir des pauvres tous les jours, ça sèche la cornée). J’entre dans le magasin. Ca chante du karaoké. Jusque là, tout va bien. Soudain, une vendeuse lève les yeux et crie : « Hé hé ! Y’a un client ». Puis, elle s’approche et me demande : « Vous êtes un client ? », ce à quoi je réponds : « Je ne vais pas tarder à l’être ». Cette réponse ne correspond à aucune commande de son programme. Game over. Une autre vendeuse m’adresse la parole : « Je peux vous aider ? ». Oui, j’ai commandé des lentilles. Elle me fait asseoir sur une magnifique chaise en plastique dur. Très dur. J’ai presque mal. Je lui donne mon reçu. Quelques instants plus tard, elle me tend deux boîtes : l’une pour l’œil gauche, l’autre pour l’œil droit. Je souhaite les essayer. Le monde s’arrête. J’ai l’impression d’avoir dit « Bonjour » à des poules. Toutes les vendeuses se regardent ; c’est elles maintenant qui ont besoin d’aide. Une troisième vendeuse m’adresse la parole : « Oui ». Je demande alors à me laver les mains. Panique, chapitre 2. Un manager sort de la pénombre du fond du magasin et me montre les toilettes en pointant une direction du doigt. J’en déduis qu’il m’indique le lieu prévu à cet effet. Je pousse une porte en plastique et tombe le nez dans une microscopique pièce inondée dans laquelle se trouve un sot et un tuyaux. Ca doit être là. Mes chaussures en daim me regardent, je vais devoir mettre les pieds dans l’eau. Adieu les mocassins en daim. Je trempe maintenant mes doigts dans le sot. Je ne vais pas faire le difficile à demander du savon. Je retourne sur ma petite chaise en plastique qui fait mal aux fesses. Attention, je vais essayer mes lentilles.

Je regarde une vendeuse et lui demande de préparer l’essayage. Pendant ce temps, le manager me demande de payer ma commande. Je retire les lentilles que je porte et demande à la vendeuse où je peux les déposer. Panique, chapitre 3. J’ai l’impression d’être le premier homme au monde à avoir commandé des lentilles. Elles m’apportent une serviette. Ok, on va faire avec. Je dépose mes lentilles sur la serviette et ouvre les petites boites de plastiques qui contiennent ma commande : « Laquelle est la gauche ? ». Je commence à courir sur les nerfs du manager avec mes questions. J’essaye, je ne vois rien. Ca ne va pas. Il y a un problème. Ce n’est pas adapté à ma vue. Une vendeuse approche un miroir de mon visage : « Qu’en pensez-vous ? ». Ca doit être un gag, la vendeuse est en train de me demander si mes lentilles me plaisent : « Non, je n’aime pas trop, je voudrais en essayer d’autres ». Elle ne comprend pas. C’est normal, elle a le QI d’une huitre. Je rassure le manager : « Je les paierai tes lentilles, t’inquiète mon frère ». Je me tourne vers ma serviette. Elle n’est plus là. Je questionne la vendeuse. Panique, le retour. Cette horrible conne a jeté la serviette : « Mes lentilles était sur la serviette ! Où sont-elles ? ». Une vendeuse me fait remarquer qu’elles sont dans leur boîte : « Mais non, celles que je portais quand je suis entré dans ton magasin ! ». C’en ai fini pour mes lentilles mais elle me demande si je veux quand même une serviette. Je suis à deux doigts de l’insulter. Je demande au manager d’essayer d’autres lentilles de ma commande, il y a peut-être une erreur de série dans la boîte.

Après avoir essayé toutes les paires, je dois me rendre à l’évidence, je dois aller en Thaïlande. Je demande à la vendeuse qui joue à Candy Crush d’emballer ma commande. Elle pose son téléphone et me tend les boîtes de lentilles vides : « En fait, je vais prendre les lentilles qui vont avec les emballages. », je m’impatiente, je n’ai plus de lentilles à ma vue à cause d’une attardée qui fait du karaoké au lieu de regarder où le client pose ses lentilles. Et là, comme si c’était normale, la vendeuse trempe ses gros doigts gras et ses ongles longs vernis du meilleur goût dans mes lentilles : « Mais qu’est-ce que tu fais ?! Tu fous les doigts dans mes lentilles ! Mais c’est dégueulasse ! ». Elle me fait remarquer qu’elle a les mains propres, qu’elle les a lavé (aussi, il n’y a pas de savon dans la pataugeoire.) Je vais craquer.

Ca y est, tout est emballé dans un petit sachet plastique à cœurs. Wouahou ! Quelle aventure.

Si quelqu’un connaît un vrai opticien sur Phnom Penh (doigts propres, installation honnête, personnel capable de conseiller avec priorité à la satisfaction client), je suis preneur.

Publicités

Entry filed under: Société.

La climatisation Les amis d’amis

13 commentaires Add your own

  • 1. loïc morin  |  24 septembre 2013 à 04:28

    Choum reab sour,

    Je la trouve un petit peu « salée », cette histoire….
    .
    .
    Mais bon, quand il s’agit de lentilles… normal !
    .
    .
    http://www.supermarche-vitry-sur-seine.simplymarket.fr/acheter-petit-sale-aux-lentilles-william-saurin-420g-william-saurin,911,11,121,531.htm

    Réponse
  • 2. Ben  |  12 novembre 2013 à 16:42

    JB, c’est le magasin a cote de chez moi?
    Benoit

    Réponse
  • 3. Ozelian  |  2 décembre 2013 à 14:09

    En Asie les gens ne vivent pas comme en France, au lieu de le leur reprocher il faut en voir les bons côté, là ça fait vraiment colonialiste qui veut un esclave rapidement, c’est puant !

    Réponse
  • 4. loïc morin  |  2 décembre 2013 à 17:51

    ca y est, les fauves sont lâchés, là!… apparemment… cf.certains des commentaires précédents…
    Bientôt il n’y aura plus moyen de les tenir!… :D
    Faudrait leur lâcher qlq chose, style un poème ultra-lyrique sur la beauté de l’Art Khmer du XIIIème siècle, et en alexandrins s’il vous plaît, histoire de leur faire apparaître une larme chaude au coin des yeux, encore subjugués par le charme de je ne sais quelle nymphe aérienne antique khmère de l’époque de Jayavarman VII, qui aurait ressuscité.
    …Comme on lâche un morceau de viande ou de faisan, à une meute d’épagneuls complètement surexcités, parce qu’ils voient qu’il y en a un , là, qui arrive à se dépenser sans compter, et que eux non!..
    Jalousie quand tu nous tiens..

    Réponse
  • 5. Vincent Cordier  |  9 décembre 2013 à 15:57

    puisque c’est si terrible, pourquoi restes-tu au Cambodge ? Tu as la mentalité et l’orthographe du terroir, pourquoi n’y es-tu pas resté ? Sur que l’Asie du sud-est ce n’est pas la province française, mais d’entendre tjrs ces mêmes histoires sacastiques et autres jérémiades dans la bouches des expats français, en particulier, ici, en Thailande, et ailleurs, je comprends le sentiment de rejet que la plupart des autochtones et des autres expats entretiennent à leur égard. Heureusement je suis Suisse, …

    Réponse
  • 6. David Taylor  |  29 janvier 2014 à 17:33

    Lunettes et lentilles en moins d’une heure. Prix imbattable, service PRO ! La vendeuse ne joue pas à Candy Crush ;-)

    BPOEA OPTICS rue 51, #66
    Tel 099/010 – 75 25 27

    Réponse
  • 7. emeraude  |  2 février 2014 à 00:55

    pres du marché au batiment jaune , je crois le central market , j ai fait faire des lunettes , tres satifaisante , je suis sur qu il te feront des lentilles

    Réponse
  • 8. fils de pute tu es  |  3 février 2014 à 07:51

    t’es qu’un pov con rentre en metropole, au lieu de dénigrer cette population quest ce que tu fous la bas pov abruti!

    Réponse
    • 9. emeraude  |  3 février 2014 à 15:47

      discours nul « fils de pute  » NULLISSIME

      Réponse
  • 10. loïc morin  |  4 février 2014 à 08:50

    « fils de pute tu es » a dit:
     » t’es qu’un pov con rentre en metropole, au lieu de dénigrer cette population quest ce que tu fous la bas pov abruti!  »

    C’est le mal, ça…
    Encore une manifestation des forces des ténèbres!..
    Dans cette lutte inégale entre les forces du bien et les forces du mal, Jean-Benoît le preux chevalier des temps modernes, parviendra-t-il, tel Lancelot du Lac, à occire le dragon, de son épée magique ?( suite au prochain épisode )

    Réponse
  • 11. ESSD DESCHAMPS (@essdeschamps)  |  27 février 2014 à 21:37

    quelle violence par ces mots de sagesse ces bien de savoir et de connaitre opinion de tout citoyen et de la vrais vie local , voila ces le Cambodge tu aime tu reste tu le quitte si non bon courage et merci a tous

    Réponse
  • 12. romagne  |  24 mai 2014 à 21:04

    NORMAL LE CAMBODGE 98 % du PIB a 1 % de lapopulation

    Réponse
  • 13. Rdex  |  7 septembre 2014 à 14:36

    Chacun a le droit de s’exprimer! Elle est bien raconter son histoire .. Bravo

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Subscribe to the comments via RSS Feed


Catégories

Subscribe

Pour recevoir les derniers articles de Vivre au Cambodge par e-mail :

Rejoignez 1 317 autres abonnés

Vivre au Cambodge sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Retrouvez ce blog sur

expatriation

Protection contenu


%d blogueurs aiment cette page :