Sihanoukville, le temps d’un week-end

22 août 2012 at 18:39 14 commentaires

Sihanoukville est un village géographiquement éclaté sans réel plan d’urbanisme. Du moins, c’est l’impression que donne cette ville du Sud du Cambodge. Oubliez les bords de mer méditerranéens ou autres images balinaises où il fait bon se promener et dépenser son argent en famille ou entre amis au rythme des embruns ; à Sihanoukville le concept, c’est : pas de concept.

Lorsque l’on s’approche de Sihanoukville, l’excitation monte. La plage, les cocktails, la musique, l’air frais, les grâces matinées … C’est après quelques petites heures de route de Phnom Penh que vous arrivez à destination. Le choix de l’hôtel « de luxe » se fait rapidement, il n’y en a pas, donc c’est guesthouse ou bungalows pour tout le monde (j’attends encore le jour où un entrepreneur décidera de construire le premier hôtel chic et de bon goût dans cette ville). Et dans cette catégorie « vida loca », l’éventail est très large. Personnellement, j’opte souvent pour les bungalows face à la mer. La gamme de prix est toujours la même, entre 10 et 30$. Vous avez les clés de votre lieu de résidence, vous entrez, ouvrez les valises, cherchez une prise pour brancher votre ordinateur, il n’y en a qu’une dans la « salle d’eau », vous voulez poser votre téléphone sur une table, mais en fait, il n’y en pas. Mais vous n’allez pas vous énerver pour rien, vous êtes en vacances, buvez un verre d’eau fraiche. Bon, pas de mini-bar dans la chambre, en même temps, avec un poulailler sous le bungalow, faut pas s’attendre à un frigo avec télévision et room service ; à l’accueil, pas de staff pour ventre des boissons, dommage, on aurait pu dépenser de l’argent.

Les pieds dans le sable, face à la mer, les yeux fermés, le soleil vous frappe. Après avoir été gentil trois fois avec des mendiants puis infâme avec une enfant quatre ans qui vous proposait un collier de perles, vous êtes libre. Le vent souffle dans vos oreilles, puis se faufile dans vos cheveux, pour enfin faire frissonner votre dos. Un fauteuil de plage vous tend les bras, vous n’allez pas lui dire non. Les plages les plus fréquentées de Sihanoukville sont remplies de plages privées avec transats et parasols à des prix plus qu’abordables. Le short de bain autour de la taille, vous jetez votre journal, vos lunettes des soleils, vous souriez au serveur en lui commandant une noix de coco bien fraiche et vous courrez vers l’eau avec la ferme intention d’y mettre la tête la première, quoi qu’il en coûte.

Aaaaaaaaaah, vous êtes retour, l’eau était parfaite, vous y êtes resté un bon quart d’heure, votre vie reprend tout son sens, votre femme est plus belle que jamais et vos amis sont les meilleurs du monde. Vous demandez au serveur une serviette pour vous sécher. Son regard n’est pas confiant, mais il vous répond tout de même avec un petit « Wait wait ». Classique, vous avez l’habitude, vous n’allez pas faire le Français à vous plaindre qu’une plage privée n’ai pas de serviette, allons allons. Et puis en attendant, vous boiriez bien votre noix de coco. Vous rappelez le serveur : « Alors, elle est où cette noix de coco ? », et le pauvre jeune homme de vous répondre en portant toute la misère du monde dans ses yeux : « Sorry, no have ». Haha ! Elle est bien bonne celle-là, pas de noix de coco au Cambodge. Et non, ce n’était pas une blague, vous avez beau être à trois mètres d’un cocotier mais l’établissement n’en a pas. Bon, à présent, vous êtes un peu irrité. Vous avez soif et vous êtes encore tout mouillé. Alors quoi faire ? Laissez tomber le serveur, vous l’avez déjà épuisé. Il est foutu pour la journée. Va n’allez pas lui en remettre une couche. Vous reprenez vos petites affaires et allez vers l’enseigne suivante, dommage, on aurait pu dépenser de l’argent.

La journée se termine, finalement, vous l’avez eu votre noix de coco et votre serviette. Vous avez tout lu Le Point, vous gardez Marianne pour demain, maintenant c’est l’heure de diner. D’un geste au serveur, vous demandez l’addition. Erreur ! Vous avez demandé l’addition alors que vous êtes déjà prêt à partir. Vous n’êtes pas vraiment prévoyant. Vos amis vous le font d’ailleurs remarquer « Mais tu sais très bien que ça va prendre des plombes pour avoir l’addition. Tu aurais pu la demander y’a 20 minutes quand même, on va devoir attendre maintenant ». C’est bon, c’est les vacances, et vous avez raison de marmonner accoudé au bar de cette plage privée. Ne vous laissez pas faire, c’est avant tout vos vacances. Au bout de dix minutes, vos amis s’en vont et vous vous retrouvez tout seul au bar en vous disant que bon vos amis, oui, au final, ils avaient un petit peu raison. Vous regardez le serveur remplir votre addition. Cela fait 10 minutes qu’il écrit. Vous êtes plein d’admiration. Comment peut-on être aussi lent ? C’est fou. Vous coupez court et lui jetez un violent : « Bon allez là, combien ? ». Panique, vous venez de tout foutre en l’air, ça y est, il ne sait plus où sont ses chiffres. Vous êtes vraiment horrible : il s’appliquait à vous faire une belle addition. « 19$ monsieur ». Vous tendez un billet de 50$ : « Wait wait ». Le serveur disparait avec votre billet. Vous êtes au bord des larmes, vous venez de comprendre, il n’a pas de monnaie.

Vous rejoignez vos amis qui sont déjà prêt à aller diner qui se foutent de vous : « Ben dis-donc ça a été rapide », mais là, ce n’est pas le moment, vous êtes un peu énervé, vous venez de perdre 30 minutes de vacances. En plus, pendant ces longues minutes, vous avez lu le Marianne que vous vouliez garder pour demain. Bravo !

Diner face à la mer, votre moment préférer. Un merveilleux barbecue : fruits de mer, poulet, poisson … la vie à cet instant vous parait vraie et le bonheur à porté de main. Mais quoi encore ?! Vous avez l’ai crispé, apeuré. En effet, des vendeurs ambulants distribuent des feux d’artifice aux touristes khmers et étrangers. Une fusée est passée à quelques centimètres de votre langoustine. Vous demandez au serveur s’il est possible de diner tranquillement. Le serveur part engueuler un groupe de jeune qui jette le reste des fusées allumées dans la mer. Résultat, les fusées partent au rythme des flots et dans tous les sens. Vous protégez ce qu’il reste dans votre assiette et votre verre de vin rouge. Le repas est écourté, vous ne voulez pas vous faire crever un œil par des imbéciles. Vous demandez l’addition, dommage, on aurait pu dépenser de l’argent.

L’un de vos amis propose d’aller danser. Vous faites la moue, et dites qu’il n’y a pas grand-chose pour danser à Sihanoukville. Ca y est, vous êtes identifié comme l’emmerdeur du séjour. Vous ne faites preuve d’aucune patience ni de tolérance envers une ville qui fait pourtant tout pour offrir des vacances de rêve. Votre groupe entre dans un bar avec piscine. Le lieu est rempli d’esthètes arborant le tee-shirt « Same same but different » avec claquettes. Vous vous sentez à part avec votre pantalon blanc et vos mocassins. Allez allez, faites un effort, prenez donc un verre au bar et soyez sociable. Une jeune fille vous aborde et vous demande votre nationalité. Au fil des questions, vous trouvez cette personne très ouverte. Elle fait beaucoup d’allusion au sexe et vente vos qualités masculines. Une amie vous rejoint, elle se fout de vous, vous êtes en train de demander à une prostituée ce qu’elle fait dans la vie. Alors vous vraiment, vous ne comprenez rien à cette ville. L’heure tourne, tout le monde veut aller danser à présent. Vous n’avez pas le choix, vous suivez le groupe.

La boîte de nuit déborde de clients. Une scène fait face à la piste de danse. Un groupe de musique vient de terminer sa performance. Un bruit répétitif assourdissant envahie la pièce. Vous essayez de commander : « On pourrait avoir une bouteille de rhum s’il vous plait ? ». Le serveur ne comprend pas. Vous répétez. Toujours pas. Le manager se presse à votre table. Il comprend votre commande mais vous informe qu’il n’y a pas de rhum dans cette établissement : « Bon ben dans ce cas une bouteille de vodka ». Même réponse, et d’ajouter que ce club ne sert que du whisky. Mais vous emmerdez le monde à la fin ! Rentrez à Phnom Penh ! Une bouteille de rhum ou de vodka en boîte de nuit ? Et pourquoi pas du jus pamplemousse tant que vous y êtes. Vos amis se foutent une nouvelle fois de vous. Vous venez d’une autre planète. Le bruit répétitif en fait, c’est de la musique. Vous n’en pouvez plus. Vous décidez de partir afin de préserver la santé de vos oreilles. Dommage, on aurait pu dépenser de l’argent.

Au final, Sihanoukville, c’est 3 jours maximum à moins de venir avec son propre bateau remplie de vos bouteilles préférées et de prendre le large. Faites abstraction des Allemands en chaussettes claquettes, des Américains en spring break et des Français qui, comme vous, passent leur temps à râler parce que le service n’est pas à la hauteur de vos attentes. Et puis dites-vous que l’argent que vous n’avez pas pu dépenser à Sihanoukville ira dans un beau costume sur-mesure à Phnom Penh. Allez, bonnes vacances.

Crédits photo : regroupement classique de touristes dans un bar de bord de mer populaire de Sihanoukville. Photo très récente.

Publicités

Entry filed under: Culture & Loisirs. Tags: , , .

Les 7 comportements des serveurs au moment du déjeuner Les ouvriers d’en face

14 commentaires Add your own

  • 1. Thierry  |  22 août 2012 à 21:16

    Merci Jean-Benoît, je retrouve le style qui fait le succès de ce blog. La description est effectivement correcte, le ton est approprié et l’humour reprend sa place…. Bon, j’aurais aussi voulu dépenser de l’argent à Sihanoukville…mais effectivement même en étant généreux, ce n’est pas facile. Et il parait qu’à Kep c’est pire…. à tester…

    Réponse
  • 2. Thierry  |  22 août 2012 à 22:19

    Au fait, il existe au moins l’hôtel de l’Indépendance. C’est un hôtel de luxe avec tout le tutti-quanti et plage privée. le Victory Beach Hotel, le Grand Sihanouk Ville, le Golden Sea Hotel & Casino, le White Beach Hotel ne sont pas mal non plus. Cette liste n’est pas exhaustive…. Un peu pour tous les goûts…. Bon aller, ils n’ont pas tous un ascenseur pour rejoindre le deuxième étage.
    L’entrepreneur qui choisirait Sihanoukville pour y implémenter un hôtel de luxe risque de devoir faire face à une forte concurrence.

    Réponse
  • 3. kambodia.net  |  10 septembre 2012 à 13:41

    la première fois que je suis allé sur Sianoukville ca été un peu l’horreur. J’y suis allé pendant que beaucoup d’Australien étaient là, c’était kékéland :D
    La deuxieme fois en saison morte j’ai changé d’avis sur la ville, c’était bien plus agréable. Du coup je peux y repasser mais uniquement si il y a personne.

    Sinon il y a le Sokha autour des 350$ la nuit dans un petit chalet, ils ont acheté et privatisé la moitié de la plage de Sianoukville ! Et j’en fait d’autres autour des 150$. C’est pas vraiment « de luxe » mais pour le Cambdoge c’est pas mal.

    @Thierry
    Pour kept il faut viser la veranda (environs 80$) ou le knai bang chatt environs 120$. J’y est passé plus de 5 nuits dans les deux et c’est pas mal du tout.

    Je vis et j’écris un guide du Cambodge (voir le lien sur mon pseudo), du coup ca me conforte dans ce que je vais écrire sur Sianoukville. Mais en gros, c’est un lieux pour venir faire la fêtes quand on est étudiant entre potes. Et sinon il faut aller à otres beach. En famille faut viser kpet/kampot pour se reposer, surtout lorsqu’on habite Phnom Penh.

    Réponse
  • 4. Miellet  |  1 octobre 2012 à 00:55

    Jean Benoît, j’apprécie tes billets et celui-ci ne fait pas exception à la règle. Cependant mon sens du chauvinisme provincial m’oblige à te proposer de te faire redécouvrir Sihanoukville et ce à ta convenance.
    S’il n’y a rien à redire quand tu parles des cols de chemise des motodops, de l’uniformisme des jeunes khmers ou des habitudes des expats, je pense que tu ne connais pas assez les richesses insoupçonnées de notre village côtier éclaté.

    Thomas De Ream

    Réponse
    • 5. Thomas miellet  |  12 octobre 2012 à 14:32

      « Les richesses insoupçonnées » : subaru impreza tour ? blue mountain ressort ou chicken farm game ?

      Tom Dream

      Réponse
  • 6. dequoijmemêle  |  17 octobre 2012 à 12:08

    Le texte est amusant à lire. Du coup, je n’irai pas à Sihanoukville…

    Réponse
  • 7. mike  |  13 décembre 2012 à 10:36

    superbe commentaire..trouvé par hasard…merci!!

    Réponse
  • 8. hervé  |  28 mai 2013 à 19:41

    Vu le ton, il faut aller à Ibiza ou Saint Trop’. J’appelle Sihanoukville le « Ibiza du pauvre » ce n’est pas fait pour les snobs…

    Réponse
  • 9. lalot  |  27 août 2013 à 18:18

    80$, vous parlez de quelle monnaie ?

    Réponse
  • 10. kevin 50120  |  5 septembre 2013 à 11:33

    Alors moi je suis allé aussi à Sihanoukville mais contrairement à un bon nombre de français nantis,bien riches,possédant un bon nombre de choses tels que la belle bmw dernier cris,la maison à minimum 300 000 euros dans le sud de la France,le travail bien,bien rémunéré,ect…Moi je suis un pauvre ouvrier du nucléaire,je vis à Cherbourg,je roule en Peugeot et le rêve de devenir un jour propriétaire est plus qu’innacessible!!!Alors pour avoir connu les plages de la méditerranée où l’eau y est plus que douteuse(sacs plastiques qui flottent,nappe d’hydrocarbure et même,si,si,c’est vrai des déjections!!!!Ou pour être plus explicite de la merde!!!!)sans parler de la proximité très rapprochée de la serviette d’à côté,moi j’ai pris un réel plaisir à rentrer dans une eau où l’on a pas besoin de se saisir pendant 10 minutes,j’ai apprécié énormément le fait de pouvoir m’asseoir sous un parasol et de pouvoir boire un petit coctail de fruit,le soir pouvoir manger au restaurant en bord de plage pour un prix plus qu’abordable,j’ai toujours trouvé le service très repectueux et au moins là il y avait un sourire et un merci,ce qui dans notre bon vieux pays est une denrée bien rare…Enfin tout ça pour dire que j’ai sûrement apprécié ces moments car je suis de la classe moyenne et que je ne suis vraiment pas habitué aux courbettes mais plutôt à l’arrogance démesurée des français et je me suis toujours dis en partant au Cambodge,peut-être que je peux payer mais JE NE SUIS PAS CHEZ MOI!!!Alors je respecte,j’apprécie et je profite comme un bon gros nanti de français!!!!

    Réponse
  • 11. Patrick  |  10 décembre 2013 à 19:53

    La prochaine fois, reste à St tropez ou va à Miami, mais t’amuses pas à aller dans des pays qui de toute façon ne conviendront pas à ton degré d’exigeance.

    Réponse
  • 12. nati  |  18 mars 2014 à 10:31

    Mais quels commentaires de merde de petits francais bourgeois! Ne venez pas au cambodge vous n avez rien compris

    Réponse
  • 13. l.morin  |  21 mars 2014 à 07:52

    .
    ..Après le pont des soupirs,…
    .
    ..Après le mur des lamentations,…
    .
    ..Voici, maintenant… le mur de notre joyeux et gai chroniqueur, où tout le monde vient spontanément pour y exposer ses besoins les plus intimes, abondamment, généreusement, et dans les grandes largeurs…
    C’est ça quand on se sent en confiance!… :)
    (dommage que y’ait pas d’papier..)

    Bonne journée Messieurs, Mesdames!!!… hmm!…. :)

    ==============
    ((( et… @J-B. L.: …euh… ;) ..Bon courage!!… Tenez bon!!… ;) ;) ;) la gloire et la célébrité sont à ce prix!.. qlqfois, dans la vie, il faut savoir souffrir )))

    Réponse
  • 14. Moulin  |  29 mars 2017 à 02:17

    Sihanoukville est une petite ville très plaisante … pas grand chose à decouvrir autour de Sihanoukville, mais la plage avec ses petits bars restos sont vraiment très plaisants … tout cela à des prix tout petits … très agréable de rester à Sihanoukville 3 ou 4 jours, voir plus … j’aime cette ville du Cambodge … vous pouvez y venir sans problème … multitudes de logements à des prix bas dans toutes les catégories … j’y retourne 4 nuits dans 10 jours …

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Catégories

Subscribe

Pour recevoir les derniers articles de Vivre au Cambodge par e-mail :

Rejoignez 1 317 autres abonnés

Vivre au Cambodge sur Twitter

RSS Time Out Phnom Penh

  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Retrouvez ce blog sur

expatriation

Protection contenu


%d blogueurs aiment cette page :