Noël loin de chez moi

27 janvier 2012 at 16:33 2 commentaires

La France, ce n’est plus vraiment chez moi. Cependant, revenir sur les terres de mon enfance est important, pour ne jamais oublier d’où on vient, se recentrer, faire un bilan de l’année loin de son quotidien, bref, Noël loin de chez moi, c’est surtout prendre du recul.

« C’est le remède anti-crise ! ». A force d’être martelé par cette phrase, j’ai fini par y croire de nouveau. Oui, en France, c’est la crise. C’est triste. Pourtant, les fêtes de fin d’année ne sont pas faites pour se rendre triste en cachant son visage bronzé, mais plutôt pour les grands embrassades familiales, du bon vin, des amis, parler des heures auprès d’un feu de cheminé, en deux mots : se retrouver.

Seul soucis quand on passe ses journées sous le Soleil de Phnom Penh à sourire à qui veut vous parler, c’est qu’il faut quelques peu dissimuler sa joie de vivre en France, ce qui ne me dérange point du tout. Bien au contraire, je fusille régulièrement du regard les gens qui souriaient dans le métro afin de redevenir Français. Quelle honte ! En ces temps de crise, quelle insulte aux chômeurs que de laisser échapper sa joie de vivre.

Exhiber son année 2011 à un entourage qui ne vit pas au Cambodge est difficile. Parce qu’il ne partage pas votre quotidien, ne connaissent pas la réalité asiatique ou même parce qu’ils ne comprennent pas qu’il possible de vivre hors de France. De ce côté-là, je suis plutôt bien loti, j’ai un entourage qui me comprend, qui me soutient et qui est très heureux pour moi.

Alors les repas de famille sont rythmés par « Jean-Benoît ? Raconte-nous des histoires drôles sur le Cambodge ! ». Comprenez, « Fais-nous rire avec l’histoire du tuktuk qui t’emmène à l’autre bout de Phnom Penh » ou, « C’était quoi déjà l’histoire du serveur qui t’emmène un jus de banane chaud ? ». Et c’est debout avec grande fierté que je narre cette vie pleine d’anecdote que j’adore, loin du contexte franco-français. J’avoue, j’en rajoute parfois une bonne couche pour rendre l’histoire plus hilarante, ça doit venir de mes origines toulousaines.

Mais une fois échappé des repas de famille, la France est une terre hostile. Je n’ai plus du tout l’habitude de faire la queue pour donner de l’argent. Je repense encore à cet épicier qui m’a craché des « Attends, attends, attends » un 26 décembre à 16h20 lorsque je lui tendais ce billet de 50€ pour payer mes courses. Genre « Je te déleste de tes 50€, je te rends service, alors tu vas attendre mon frère ». Qu’il est dur de consommer en France ! C’est fou, je n’ai quasiment rien dépensé :« Bonjour, je voudrais acheter un maillot de bain » et la vendeuse de me répondre : « Mais Monsieur, ce n’est pas la saison ». Mais comment font les Russes ou les Chinois pour dépenser des milles et des cents à Paris ? J’aimerais le savoir. Imaginez aussi qu’une vendeuse du Bon Marché m’a expliqué que les embauchoirs que je voulais acheter étaient « moches ». Du coup, j’ai lâché mes articles et j’ai donné mon argent aux Nouvelles Galeries.

En fait, vivre au Cambodge, c’est ne plus tolérer une expérience client ratée, c’est prendre les choses avec légèreté et surtout se rendre compte du luxe que l’on a d’être né un pays qui n’a pas été détruit par le Marxisme. A chaque passage par la France, je ne peux m’empêcher d’être révolté par le SDF qui fait la manche alors qu’il a un chapeau, un pantalon, un manteau, un chien et deux litres de vin rouge à sa gauche.

Oui, la France, ce n’est plus chez moi. A chacun de mes retours en terre cambodgiennes, en sortant de l’aéroport, je ferme les yeux, laisse le Soleil envahir mon visage, je prends une grande inspiration pleine de poussière et d’odeurs de goudron brûlé, mes oreilles réentendent les cris et les sourires de ceux qui m’ont tellement manqués, j’allume une cigarette, regarde ces motos remplies d’enfants sans casques et me dit : « Aah, quel malheur, dans 11 mois c’est encore Noël ».

Article publié dans LePetitJournal.com LPJ_Logo

Publicités

Entry filed under: Société. Tags: , , .

Bonne année 2012 ? Accident de moto

2 commentaires Add your own

  • 1. Brigitte  |  28 janvier 2012 à 16:50

    Merci pour votre humour rafraîchissant ! Nous allons tenter l’expérience de vie au Cambodge également. Pour nous aussi la France est devenue un pays hostile : mon compagnon est trop vieux pour se réinsérer (48 ans !!!) : quelle tristesse !!!!!!
    Notre énergie et notre savoir faire seront donc mis à la disposition de ce peuple que connaît mon compagnon et dont il est tombé sous le charme. Les aider à vivre mieux, c’est un beau challenge pour notre seconde partie de vie.
    Nous serons sur place du 19 février à début mars pour mettre en place ce projet. Espérons qu’il soit viable !

    Réponse
  • 2. Boutros  |  29 mai 2013 à 15:30

    Qu’est-ce qu’une « expérience client » ???

    Le marxisme n’a rien détruit du tout, il n’a jamais été appliqué. Vous n’allez quand même pas me dire que les KR, c’était du marxisme !!! Qu’ils s’en soient réclamés, c’est possible, mais qu’ils l’aient compris, ça non.
    C’est Malraux qui a eu le mot le plus juste sur la période KR :
    « Le Cambodge, c’est la Chine vu par des cons ».

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Subscribe to the comments via RSS Feed


Catégories

Subscribe

Pour recevoir les derniers articles de Vivre au Cambodge par e-mail :

Rejoignez 1 317 autres abonnés

Vivre au Cambodge sur Twitter

Retrouvez ce blog sur

expatriation

Protection contenu


%d blogueurs aiment cette page :