Lettre aux lecteurs

1 novembre 2011 at 03:47 6 commentaires

menace twitter

Chers amis lecteurs, vous êtes de plus en plus nombreux à me lire et je ne vous en remercierai jamais assez. Quoi de plus dramatique pour un chroniqueur de ne pas être entendu. J’ai souhaité pour notre rendez-vous mensuel vous parler face aux multiples commentaires et débats que mes chroniques provoquent à chacune de leurs publications.

Mes chroniques sont nées voilà plus de 2 ans. Elles sont le fruit d’une l’observation de l’environnement local à travers mes yeux d’expatriés. Si j’ai fais le choix de vivre au Cambodge, c’est avant tout pour le regard d’une fille pour qui j’aurais traversé plus d’un océan. Et pour la deuxième fois de ma vie, je suis tombé amoureux en atterrissant à Phnom Penh. Certes je connaissais déjà un peu l’Asie ayant grandi aux côtés d’une grand-mère vietnamienne. Sur la route qui me menait vers le centre de la capitale du Royaume du Sourire, tout m’a tout de suite plu, rien ne m’a choqué ou impressionné. J’ai tout de suite senti que j’allai bien m’entendre avec ce pays en développement.

Les années ont passé, j’ai rencontré des dizaines de Khmers et d’étrangers et chaque jour est un nouveau cadeau que le Cambodge me fait. Bref, j’aime ce pays, j’aime traverser ses rues et ses campagnes, j’aime les gens avec qui je travaille, j’aime les paysans que je croise, j’aime les commerçants de mon quartier, j’aime le riz, j’aime les buffles, j’aime mes motodops et tuktuks.

De nombreux lecteurs assidus de mes chroniques m’interpellent souvent en fin de lecture, dans leurs commentaires, dans la rue ou en soirées. J’aime débattre, discuter et refaire le monde et je pense que sur ce point, nous nous sommes compris et je passe parfois des heures à tenir le bar avec mes détracteurs. La première des critiques que je reçois est la suivante : « Si tu étais un bon journaliste, tu irais au bout des choses, tu irais comprendre pourquoi, tu enquêterais et tu nous expliquerais ». A ceci je réponds que je ne suis pas journaliste mais chroniqueur. En effet, ce n’est pas ma profession. Mes chroniques ne sont que de simples caricatures d’une réalité que je prends souvent en pleine face sans parfois essayer de comprendre, parce que oui, moi aussi parfois, je n’ai pas le temps de m’arrêter pour parler à ce mendiant qui est là en bas devant le Palais Royal depuis des années, ou parce que non, je ne veux pas t’acheter de marijuana, toi le jeune de 20 ans qui tous les soirs me voit passer devant ton nez sans vraiment se souvenir que le blanc qui habite là, ben il ne fume pas de drogue, parce que oui, la réalité me fait trop peur, peur de comprendre, peur de perdre espoir dans l’homme en puisant trop profondément en lui.

Autre critique, celle du ton souvent utilisé : «  JB, tu es condescendant ». Oui, je sais, je suis parfois condescendant dans mes écrits, par pure recherche de style littéraire, par amour des mots, du jeu de langages, de pirouettes lexicales, parce que Pierre Desproges est mon idole, parce que j’aime plaisanter de ce qui est interdit et parce que nous nous battons tous pour la liberté d’expression. Il faut comprendre qu’après 3 ans au Cambodge, certaines choses irritent, gâchent le paysage, parce que le tas de poubelles qui pue le cadavre en putréfaction dans ma rue cache de plus en plus la Sales Executive cambodgienne qui travaillent à mes côtés et qui me donne toujours plus d’espoir dans son pays par sa persévérance dans le travail, sa volonté d’avancer, son humour décapant et son acceptation du destin. Rappelez-vous chers amis que mes écrits se lisent au second degré, parce que le Cambodge est le pays du sourire et que parfois, face à l’enfant qui dort dans la rue ou en croisant le regard de la prostituée de 15 ans, je n’ai pas le droit d’éprouver de la pitié, j’ai le devoir de garder le sourire. Je n’ai pas le droit d’insulter ces gens par mes yeux remplies de tristesse car eux n’ont surtout pas besoin de mon argent ni de mes jugements qui leurs feraient perdre la face. Eux me sourient du haut de leur misère, alors je ne vais surtout pas verser une larme devant le Cambodge qui se bat au quotidien pour rester digne.

Vous êtes aussi très nombreux à me féliciter pour des propos décalés qui allègent un quotidien parfois insupportable, loin de sa culture. Oui mes propos sont, et je le répète, une plaisanterie, un cri nécessaire parce que la réalité cambodgienne parfois, a besoin de sortir, d’être critiquée. Nous avons décidé de vivre ici pour de multiples raisons mais surtout par amour du pays, et cet amour nous oblige souvent à avoir un regard plus exigent que le touriste ou l’hirondelle de passage en extase devant des enfants qui jouent du xylophone.

Phénomène nouveau, j’entends de plus en plus que certains voudraient me « passer à tabac », « faire la peau » ou autres formules de politesse qu’un être humain adresse à son semblable lorsque les mots viennent à manquer. A ceux-là, je les invite à me rencontrer autour d’une bonne table et je suis sûr et que nous échangerons des sourires au fil de la discussion car nous avons au moins deux points commun, nous lisons Le Petit Journal et nous aimons le Cambodge, ce qui fait de très bonnes bases pour de longs débats. Et puis, ce n’est pas un coup de poing dans la figure ou un coup de couteau dans le dos qui va me faire taire, bien au contraire.

Je ne prends surtout pas pour Salman Rushdie ou autre Aung San Suu Kyi, mais franchement, montrons-nous une image positive de nous-mêmes et de notre culture en voulant frapper celui dont la blague ne nous convient pas ? Je ne pense pas et vous êtes de mon avis. Non je ne méprise pas dans mes articles, je caricature. Non je n’ignore pas la pauvreté et la détresse du pays, j’écris sur elle. Non je ne suis pas un néo-colon, je joue simplement de mon personnage. Je comprends que l’on ne puisse pas rire de tout avec tout le monde, simplement moi, ma meilleur arme, c’est de faire des satires quand je vois la fin du monde, d’écrire au second degré quand la détresse sociale n’a plus de limites, et d’épuiser le clavier toujours et encore parce qu’on ne parle jamais assez du Cambodge si ce n’est que pour faire des papiers déjà lus sur la corruption et le tribunal Khmer Rouge.

Chers amis lecteurs, encore mille fois merci pour vos clics, commentaires et discussions que vous m’offrez. Je suis chaque mois très heureux de pouvoir échanger avec vous sur le Cambodge. Ecrire sur ce et ceux que j’aime et qui fait et font mon quotidien est important. Nous sommes tous les témoins d’une nation qui se développe à grands pas. Ne cherchons pas à nous attaquer ; hier soir encore, j’étais en boîte de nuit et j’ai vu qu’une bagarre c’est moche, choquant et violent, parce qu’en habitant au Cambodge, nous ne sommes plus habitués aux bassesses des gifles mais plutôt aux bienfaits des sourires. Souriez, vous lisez le blog de Jean-Benoît.

Article publié dans LePetitJournal.com LPJ_Logo

Publicités

Entry filed under: Actu Blog. Tags: , , .

Diner en terrasse L’incontournable femme de ménage

6 commentaires Add your own

  • 1. Christine  |  1 novembre 2011 à 09:12

    Merci pour toutes ces chroniques

    Réponse
  • 2. Jean-Marie  |  2 décembre 2011 à 17:39

    merci

    Réponse
  • 3. capella  |  7 janvier 2012 à 18:37

    Excellente réaction!
    Il est heureux que, malgré tes détracteurs, tu tiennes le cap ( Les idées sont au dessus de la force!); comme on s’instruit avec le temps, Ils finiront bien par comprendre l’aspect positif et rationnel de ton personnage… (sauf s’ils n’ont réellement aucun humour.:-( )
    Vivement les prochaines chroniques!!!

    Réponse
  • 4. Uk  |  13 février 2012 à 20:46

    BRAVO (chaiyo) Jean-Benoit
    Ton blog me plait énormément.
    Tu as cent pour cent de mon soutien dans tes récits.
    Tu es un homme libre.

    Merci.
    Un Khmer de France.

    Réponse
  • 5. Lo  |  20 octobre 2012 à 20:34

    Cher @Vivreaucambodge

    cela fait bien longtemps que j’ai vu cet article mais puisque nous avons fini par nous rejoindre sur twitter après bien des tours et détours sans doute par le hashtag Cambodge, je me décide à y répondre. A l’heure même où tu traines ta dengue sur les trottoirs de Phnom-Penh parce que l’Histoire se déroule sous tes yeux et que tu ne peux manquer ça pour une piqûre de moustique, bravo, au passage.

    Donc cet article, mais surtout son illustration, c’est de ça que je veux parler.

    La 1è fois que je suis tombée sur ce blog, j’ai été partagée entre rire amusé et grosse déception. A cause de Benito, auquel tu t’en es pris pour dénoncer une saloperie que par ailleurs je vomis autant que toi : le business des ONG. Du coup je t’ai répondu, à l’époque, sur le vif, un commentaire sincère et vitupérant auquel je ne retranche rien. Parce que s’il y a bien 1 ONG au Cambodge qui mérite le respect, c’est Krousar Thmey. Par contre, la récup TF1 que tu dénonçais est bien réelle, mais tu sais en France on est champions de l’unique : un rocker à succès, un groupe de rap, un phisolophe-de-bazar, etc. Et donc dans les petits papiers des journalistes l’unique humanitaire du Cambodge c’est Bénito. Triste. Cela permet au moins à Krousar Thmey de récolter des fonds c’est le seul avantage de cette farce médiatique.

    Sur ce je me tourne vers l’homme de ma vie, celui qui m’a emmenée au Cambodge il y a presque 20 ans parce que lui aussi une fille, dans sa jeunesse, lui avait tourné la tête, et je lui dis : « regarde ce blanc bec qui se prend pour Desprosges, avec son orthographe chancelante et ses postures systématiques, t’en penses quoi ? »

    « Péché de jeunesse me dit-il, c’est pas bien grave Lo, il a au moins l’avantage de bouger son cul, lui, et de regarder autour de lui, et d’essayer de partager son regard décalé, maladroit parfois c’est vrai, mais bien souvent lucide. Moi j’aime bien. Mais ce que je n’aime pas c’est ce syndrome Koh Lanta dont il est victime et qui fait que je doute de la sincérité de tous ses articles, me demandant s’il ne prend pas des postures exprès, très en phase avec l’époque. »

    Le syndrome Koh Lanta c’est ce nouveau standard des rapports humains contemporains basé sur un rapport de force, de méchanceté obligatoire et de cynisme bon teint et très assumé. Fais-moi mal et je te respecterai. « Universelle adoration de la force » disait Albert Cohen.

    Plus tard, il me dit ensuite « mais ce gars-là s’il gueule aussi fort que ça et aussi souvent, il pourrait bien finir comme Joel. Je sais pas s’il a bien conscience qu’il joue avec sa sécurité, si c’est juste pour faire de bons mots ou se calmer sur son blog qu’il utilise comme défouloir c’est un peu con, quand même. Je vais le lui signaler. »

    Et tu as reçu le tweet qui illustre ce billet.

    Quand tu as essayé de discuter, @Techno-iD a refusé, n’ayant aucune envie de développer plus avant en 140 caractère, n’ayant pas envie de repenser à Joel, n’ayant pas envie d’en parler, n’ayant pas compris du tout non plus que tu avais pris cela pour une menace.

    Plus tard, il a vu cet article et m’a dit qu’au moins, tu avais pleinement conscience des risques alors tant mieux. En bon vieil anar misanthrope il a bien aimé, finalement, la méprise de ton interprétation. Voilà pourquoi il n’a jamais pris la peine d’expliquer quoi que ce soit.

    Il a raison : tu es un grand garçon responsable et tu sais ce que tu fais.

    Bonne continuation et longue vue à ton blog. Lo

    PS : je ne sais pas s’il y a toujours autant d’arsenal à vendre au marché russe, mais si c’est le cas, je serais toi je m’achèterais une Kala, au cas zoù :-)

    Réponse
  • 6. lole  |  28 juin 2013 à 17:36

    Merci a toi pour tous ces récits très intéressants.Merci pour le temps que tu prends à nous décrire ta vision du Cambodge.J’apprécie beaucoup ton style alors surtout ne t ‘arrêtes pas d écrire!

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Subscribe to the comments via RSS Feed


Catégories

Subscribe

Pour recevoir les derniers articles de Vivre au Cambodge par e-mail :

Rejoignez 1 317 autres abonnés

Vivre au Cambodge sur Twitter

Retrouvez ce blog sur

expatriation

Protection contenu


%d blogueurs aiment cette page :