Dernier sourire

24 février 2010 at 19:06 5 commentaires

L’avion s’envole. Au bord du hublot, je regarde mon pays d’accueil s’assoupir. J’essaie de repenser à toutes les choses que j’ai pu faire et que j’aurais dû faire. C’est dans ce pays que je me suis installé après mes études, c’est au Cambodge que j’ai commencé ma vie professionnelle, c’est à Phnom Penh que j’ai appris une nouvelle vie. Après plus de deux ans passés au pays du sourire naïf, je dis une dernière fois au revoir à ce pays qui m’a accueilli à bras ouverts. Quand te reverrais-je, pays merveilleux ?

Paris, terminus du vol. Il fait -5°C. Ici on ne sourit plus. Deux policiers pour vérifier les passeports de plus de 400 passagers. Pas de doute, je suis bien arrivé en France, à Roissy Charles de Gaulle, l’aéroport le plus mal côté du monde. Après avoir récupéré mes bagages, j’attrape un taxi et me dirige vers Paris intra-muros.

La ville défile sous mes yeux. Je ne me sens plus d’ici. Je ne suis plus un vrai Français. Certes j’ai redécouvert Claude François et le bon pain une fois à Phnom Penh mais ici, ce n’est plus la même chose. Je ne suis plus personne. Juste un Monsieur tout-le-monde. Le taxi arrive à destination. Premier revers, 50€ la course. Je suis déjà nostalgique du taxi cambodgien à 10$ le trajet. Une fois mes valises posées, je décide de flâner dans cette ville musée qu’est Paris. Aah, Paris, sa romance, la Seine, ses crottes de chiens sur la chaussée et ses habitants délicats. Je m’assoies à la terrasse d’un café plein de prétentions. Je prends l’incontournable café parisien accompagné de son verre d’eau à 5€. « Les verres d’eau c’est au bar ». Merci, vous êtes bien aimable, par contre pour le pourboire, ce sera aussi au comptoir. Alala, moi qui ventais le service à la française à qui voulait l’entendre, j’étais bien loin de tout. Oh ! Une personne bridée, peut-être que c’est un Cambodgien … Non, ce sont des Japonais qui comme moi, visitent la France. Je dois me rendre à l’évidence, je suis un touriste dans mon propre pays.

Faire le ménage soi-même, marcher d’un point A à un point B, cuisiner, glisser sur une plaque de verglas, m’énerver, vider son compte en banque pour un steak-frite … Toutes ces choses ne m’avaient pas manquées. J’avais la belle vie au Cambodge. Bien sûr j’ai retrouvé ma famille, la bonne bouffe, le théâtre, le cinéma, les concerts et mes amis mais je préfère fumer au chaud en discutant assis à une bonne table et reprendre un dernier verre à la fin d’un dîner au restaurant, j’ai aussi du mal à perdre ce réflexe de rentrer en taxi ou de sourire à tout va. Le plus dur dans un retour d’expatriation est ce qu’on a laissé là-bas. Vous avez beau essayer de partager votre séjour avec vos proches, le Cambodge ne se raconte pas en photo, il faut aller au karaoké, se coller une bonne indigestion au marché ou se balader à toute allure en motodop sans casque pour comprendre. La naïveté ambiante me manque, le Soleil bien sûr mais surtout une vie paisible, loin de toute administration, loin des règles et des lois stupides qui régissent mon nouveau quotidien. Ma vraie liberté était au Cambodge.

Voilà maintenant deux mois que je suis rentré. Avec du recul, je constate avec étonnement que je suis un expat’, que je ne suis plus vraiment un Français de France mais un Français d’ailleurs. Le chapitre cambodgien s’est malheureusement tourné. Peut-être qu’un jour, je reviendrai. Je viens à peine d’emménager dans un 40m² dans Paris, que je pense déjà au prochain pays dans lequel je vais m’installer. Alors quand je vois une destination de rêve en promotion dans le métro, je souris et je me dis que des vacances au Soleil c’est nul, mieux vaut partir travailler sous le Soleil. En attendant, je fais la queue aux allocations familiales et me demande si en ayant 24 ans et travaillé deux ans à l’étranger, je remplis les conditions pour toucher le RSA.

Pour aller plus loin
Réussir son retour d’expatriation

Bookmark and Share

Publicités

Entry filed under: Société. Tags: , , .

Le modèle occidental ou la nouvelle révolution culturelle en chantant (version non censurée) Retour à Phnom Penh

5 commentaires Add your own

  • 1. Valentine  |  18 avril 2010 à 02:19

    Comme je te comprends…

    On s’y refait pas vraiment à son pays d’origine, même quand un certain nombre d’années ont passé.
    Il y a toujours ce flash de nostalgie de l’ère quittée, ou cette bouffée d’excitation pure à l’idée d’une nouvelle destination, d’une nouvelle aventure, d’un nouveau monde…qu’il faut réprimer sans quoi on déprimerait.

    Mais la fin des études approche, et bientôt, je m’envolerai !

    Réponse
  • 2. Carol  |  10 août 2010 à 02:17

    Moi de même…
    Je n’ai jamais éprouvé la moindre attache pour mon pays d’origine.

    Partie en vacances en Thaïlande il y a un an… j’y ai laissé un bout de mon âme.
    Ce que j’ai découvert là-bas, je ne pourrais mettre des mots dessus. A peine arrivée, j’avais cette impression que ma place avait toujours été là…

    Mais les vacances passent, et j’ai toujours la nostalgie qui me pèse.

    Plus jeune, j’avais un rêve: être mon propre patron… puis, plus tard, je m’étais fixée comme délai mes 35 ans. J’ai bientôt 36 ans, et mon premier but est atteint depuis 2 ans.

    Mon prochain rêve me demandez-vous ? Non, … vois connaissez la réponse… Oui, tout quitter et m’envoler… l’Asie… Je ne sais si ce sera la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, … mais ce ne sera pas très loin de là… et quand, me direz-vous ? eh bien, si on se donnait RDV dans 8 ans …

    Merci de tout coeur en tout cas à toi, auteur de ce blog, qui m’a tant donné envie de découvrir aussi le Cambodge au travers de tes magnifiques récits.

    Bonne route à tous, quelque soit le chemin choisi !

    Réponse
  • 3. aleandro  |  21 octobre 2010 à 07:28

    bonjour , je passe pars votre blog et je suis heureux de m y etre arreté …je pars moi meme vivre en thaillande d içi deux mois et ensuite je passerais au cambodge que j ai visiter l année derniere !! oui oui je confirme vos dire et je dirais meme plus c est le parradis sur terre !!…loin du stress europeen !! des décors magnifiques et une population chaleureuse !!..je m envais et je ne suis pas un naiif , je m y suis tres bien préparer et bcp renseigner lors de mes voyages précédent sur place !!..il ne me reste qu a vous souhaitez d y retourner un jour !! tres beau blog !!

    Réponse
  • 4. bertrand  |  2 décembre 2010 à 00:40

    bonjour

    je me suis bien marré, tellement de choses vraies
    Tu as la vista, et la prose pour la décrire

    Tu iras loin
    good luck

    Réponse
  • 5. Natacha  |  12 janvier 2011 à 12:08

    Bonjour!

    J’habite au Cambodge depuis 2003 et je viens tout juste de rentrer de vacances de fin d’année en France, et pour moi, c’est tout le contraire.
    Comme je me sentais bien dans ma maison en France entourée de ma mère et mes frères et soeurs… Et avec mon petit garçon de 1 an et demi pour qui c’était le 1er noël!

    Bien sûr, n’étant pas retournée à Paris depuis 6-7 ans, j’ai eu une petite période d’adaptation, mais au lieu d’avoir le sentiment d’être une « touriste », j’étais plutôt la « blédarde » =) qui était à l’origine de tous les fous rires en raison de ses bourdes.

    En tous les cas, vos descriptions du Cambodge et de la vie dans ce pays reflète bien le vécu!

    Bonne continuation!

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Subscribe to the comments via RSS Feed


Catégories

Subscribe

Pour recevoir les derniers articles de Vivre au Cambodge par e-mail :

Rejoignez 1 318 autres abonnés

Vivre au Cambodge sur Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Retrouvez ce blog sur

expatriation

Protection contenu


%d blogueurs aiment cette page :